Les Hospitalier(e)s

EN QUOI CONSISTE LE SERVICE DES HOSPITALIÈR(E)S ?

Pèlerin parmi les pèlerins, être hospitalièr(e), c’est donner ses jambes, ses bras, son cœur à ceux qui souffrent. Chacun donne selon ses moyens, selon ses capacités. Le bénévole de l’Hospitalité donne de son temps, prend sur ses congés, paie ses frais de transport et de séjour.

Manuel de l’hospitalier(e)

Pour intégrer l’Hospitalité, aucune compétence dans le domaine médical ou social n’est demandée, des médecins, des infirmières et des kinésithérapeutes se rendent disponibles durant le pèlerinage diocésain pour assurer le suivi thérapeutique de chacune des personnes accompagnées.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Quelle que soit la fonction du bénévole, ses tâches sont nombreuses et commencent dès le départ de Belgique et longtemps après le retour.

L’hospitalière, ce qui ne veut pas dire infirmière, aide le malade lors de sa toilette, ses repas et ses déplacements.  De plus lorsque les malades ont quitté leur chambre, elle tient celle-ci en parfait état de propreté et refait les lits.

Elles sont au service du restaurant, au service en salles sous la responsabilité d’une hospitalière plus expérimentée.

En ce qui concerne les brancardier(e)s, leur tâche est davantage axée sur les déplacements des malades au sein des sanctuaires, ainsi qu’à la mise en place de leurs moyens de locomotion (voitures bleues, brancards et mécaniques) lors des diverses célébrations. D’autre part, en étant attaché à une ou des chambres, certains apportent une aide efficace aux hospitalièr(e)s lors des manipulations difficiles des personnes à mobilité réduite; c’est le service en salle.

Enfin, être hospitalièr(e), c’est aussi toute l’année – autant que possible – être à l’écoute des malades.

Pour intégrer l’Hospitalité, aucune compétence dans le domaine médical ou social n’est demandée, des médecins, des infirmières et des kinésithérapeutes se rendent disponibles durant le pèlerinage diocésain pour assurer le suivi thérapeutique de chacune des personnes accompagnées.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Quelle que soit la fonction du bénévole, ses tâches sont nombreuses et commencent dès le départ de Belgique et longtemps après le retour.

L’hospitalière, ce qui ne veut pas dire infirmière, aide le malade lors de sa toilette, ses repas et ses déplacements.  De plus lorsque les malades ont quitté leur chambre, elle tient celle-ci en parfait état de propreté et refait les lits.

Elles sont au service du restaurant, au service en salles sous la responsabilité d’une hospitalière plus expérimentée.

En ce qui concerne les brancardier(e)s, leur tâche est davantage axée sur les déplacements des malades au sein des sanctuaires, ainsi qu’à la mise en place de leurs moyens de locomotion (voitures bleues, brancards et mécaniques) lors des diverses célébrations. D’autre part, en étant attaché à une ou des chambres, certains apportent une aide efficace aux hospitalièr(e)s lors des manipulations difficiles des personnes à mobilité réduite; c’est le service en salle.

Enfin, être hospitalièr(e) ou brancardier(e), c’est aussi toute l’année – autant que possible – être à l’écoute des malades.

LA PREMIERE FOIS ?

Soyez les bienvenu(e)s au sein de l’Hospitalité Diocésaine de Tournai. A l’appel de Notre-Dame, vous avez décidé de vous mettre au service de l’Hospitalité. Vous êtes appelé(e)s à vous occuper des personnes malades et moins valides accompagnant les pèlerinages diocésains à Lourdes.

Vous allez découvrir un lieu de partage et de découverte. Votre pèlerinage sera une expérience forte et enrichissante. Vous allez donner une semaine de votre temps et recevoir beaucoup plus.

L’Hospitalité a reçu une mission de service auprès de nos frères souffrants.

Pour vous aider à vous y préparer un carnet (lien vers le carnet)

Prenez la peine de bien lire les différentes informations concernant les services demandés aux hospitalièr(e)s et aux brancardier(e)s, ainsi que l’approche de la personne malade à Lourdes. Le service des pèlerins malades demande beaucoup d’effort, de dévouement, une présence ponctuelle et une certaine technique. Chacun donne selon ses moyens, selon ses capacités. Veillez à être présent(e), avec bonne humeur malgré la fatigue, à toutes nos activités lors du pèlerinage.  Consultez aussi la rubrique spécifique concernant le pèlerinage auquel vous participez (Mai, Juillet, Août, Banneux).

Nous vous souhaitons de faire un très bon pèlerinage qui vous conduira à être plus à l’écoute de Dieu, plus en prière, plus témoin de l’Evangile. Votre passage à Lourdes doit vous aider à mieux « servir » vos frères en paroisse, dans la cité, dans le diocèse …

Dés à présent, nous vous remercions de votre participation.

Le Conseil de l’Hospitalité.

Note d’organisation de asbl

Accessibility
%d blogueurs aiment cette page :