Accueil L'Hospitalité Les Pèlerinages Les Malades Le Message Les Informations Nous contacter

© HDT asbl 2015
Termes et conditions d’utilisation

Politique de confidentialité

Plan du site

Hospitalité Tournai asbl

Rue des jésuites, 28

7500 Tournai

Belgique

www.hospitalite-tournai.be

BCE 0549.801.740

« Venez et voyez » « Voulez-vous me faire la grâce De venir ici... » (Notre-Dame à Bernadette) « Il faut que j’aille à la grotte; Dépêchez-vous  si vous voulez m’accompagner »  (Bernadette) Accueil

LE PETIT GUIDE DU PARFAIT LECTEUR

Ta fonction est importante, mais ne t'affole pas : commence par faire de ton mieux, le reste viendra peu à peu... Tu es au service de la Parole de Dieu

Afin que l'Écriture que tu lis devienne Parole de Dieu pour tous, il faut qu'elle soit d'abord Parole pour toi : prends cinq minutes pour la préparer, t'en nourrir: cela en vaut la peine.

L'important, dans une parole, c'est celui qui parle.

Tu lis: par ta voix, c'est Dieu qui parle aujourd'hui; que tout en toi le fasse pressentir.

Une parole vraie accueillie suscite le dialogue. Lis de manière à donner envie de répondre â Dieu.

Tu es au service de l'assemblée

Tes frères s'unissent à la prière d'ouverture par l'acclamation : « l'Amen ». C'est le prêtre qui adresse cette prière à Dieu au nom de toute l'assemblée réunie.

Prie avec eux, ne te déplace qu'ensuite.

Pour que le livre des Écritures devienne Parole, ouvre-le grand devant tous, fais-le «exister».

Sois ferme sur tes pieds, le corps droit sans raideur, les mains sur le pupitre, tu seras plus à l'aise - et tout le monde sera à l'aise.

Respire bien, aère la Parole, tu faciliteras une écoute détendue, priante.

Attends que l'assemblée soit bien assise, silencieuse, attentive.

Ensuite seulement, prends contact avec elle par le regard, et commence :

Lis le titre / regarde-la de nouveau / poursuis. Un orateur regarde son public, en louchant sur ses papiers ; toi, lecteur de la Parole de Dieu, regarde l'Écriture, que tu proclames à tes frères.

Ne cherche pas à garder un œil sur le livre et l'autre sur les auditeurs, mais, à une articulation naturelle du texte (remarque les blancs), arrête-toi et reprends calmement contact par le regard.

Attention! Tes yeux vont plus vite que les oreilles des auditeurs: parle à l'allure de leurs oreilles, des oreilles de leur cœur...

Un test : aie l'impression d'être ridicule de lenteur !

Prévois (c'est facile) les mots qu'ils risquent de mal comprendre applique-toi à bien les prononcer.

Ne t'adresse pas aux personnes du premier rang: pense d'abord à celles qui sont au fond de l'église.

Si tu te trompes, reste calme et détendu, et reprends la lecture, cela peut arriver â tout le monde : l'assemblée le sait !

Tu es au service du texte

Avant de lire, regarde comment il est construit; repère les expressions ou les mots importants.

Un texte est comme un paysage : il constitue un ensemble; ne le hache pas, fais-en sentir l'unité, communiques-en la poésie.

Tu vois les signes de ponctuation ; tes auditeurs ne les voient pas : ils comptent sur toi pour les leur faire entendre.

Un récit, un texte méditatif, un hymne triomphal, la prière d'un psaume: le ton est différent, l'allure aussi.

Tu les trouveras tout seul si tu en as intériorisé le contenu. (Lecture et psaume ne sont pas la même chose: changer de personne... ou changer de ton.)

Quelques «trucs» de lecture

Attention à la ritournelle (comme on dit souvent aux enfants) !

Que ta voix varie peu de hauteur, soit quasi rectiligne (pas de « théâtre »).

Tu vois une incise, une parenthèse: fais-la sentir en changeant légèrement de hauteur de ton.

Ne crie pas: ar-ti-cu-le ! N'épèle pas: par-le!

Appuie ta lecture sur la dernière syllabe (non muette) des mots.

Accentue la première syllabe d'un mot pour le mettre en valeur (« Béni soit Dieu » - « Jésus Christ est ressuscité »), mais fais-le rarement: ce qui est excessif devient insignifiant...

Les consonnes sont le squelette: qu'elles soient bien frappées (sans dureté).

Les voyelles donnent de la chair: qu'elles soient épanouies (sans traîner).

Attention aux consonnes que certains escamotent (« Cloué », et non « coué » - « Croix » et non « coix »).

Attention aux voyelles rapprochées (« Tu es », et non « tué » - « Qui est », et non « kié »).

Arrête-toi toujours avant le premier terme d'une énumération (« Qui sera versé / pour vous et pour la multitude »).

Fais sentir une interrogation à l'endroit où elle porte : (« Qui accusera les amis de Dieu ? » - « Est-ce toi qui le dis ? »).

Ne laisse pas tomber la fin d'une phrase : soutiens ta voix.

Pour faire pressentir la fin du texte, élargis les tout derniers mots.

Si tu as un micro

Sache qu'il ne diminue pas tes défauts: il les amplifie.

Sache qu'il porte ta voix dans toute l'église avec sa puissance ... ou sa faiblesse.

Règle-le (tranquillement) en fonction de ta taille, ta voix, ta distance.

Quand tu dois le déplacer ou le manipuler, ferme-le.

Fais un essai : sonorisation, acoustique varient d'une église à l'autre.


Divers